Quelques jalons pour un historique de l’informatique dans le système éducatif français sur sept décennies
Article mis en ligne le 16 décembre 2021
dernière modification le 19 décembre 2021

par Jacques Baudé

Ayant vécu, souvent comme acteur et toujours comme témoin, ce demi siècle d’introduction de l’enseignement de l’informatique (sous ses différentes approches) dans le système éducatif, Jacques Baudé (président d’honneur de l’EPI (Enseignement public et Informatique)) s’est souvent questionné sur l’historique de ce lent déploiement encore inachevé. Pour nous permettre de refaire cet itinéraire, il rassemble ici quelques jalons des moments les plus importants. La liste n’est pas exhaustive et de nombreux autres collègues se sont également exprimés sur le sujet : les notes et références des articles permettent de le découvrir et d’aller plus loin dans la compréhension de cette période pas encore traitée par les historiens.

Cet article a été initialement publié ici.

 Pour une histoire de l’informatique dans l’enseignement français, premiers jalons

Un historique écrit par Émilien Pélisset, alors président de l’EPI (Enseignement public et Informatique), publié dans Système éducatif et révolution informatique (Cahiers de la FEN). Il va des débuts, dans les années 50, jusqu’au plan Informatique Pour Tous (IPT). Il évoque les premières expériences d’enseignement de l’informatique dans l’enseignement général au lycée dont celle du lycée-collège de La Celle Saint Cloud pilotée par l’INRDP dés 1969.

Cf ici.

Pour l’expérience INRDP, voir aussi l’encart pages 109.

 Le séminaire de Sèvres pour « L’enseignement de l’informatique à l’école secondaire »

Séminaire organisé par l’OCDE, avec la collaboration du Ministère de l’Éducation nationale, du 9 au 14 mars 1970. Il est communément admis que l’introduction de l’informatique dans l’enseignement général français trouve son origine dans ce séminaire. Les participants à ce colloque international préconisent la complémentarité des approches : L’informatique « envisagée comme enseignement ayant son propre statut, ou intégré dans une autre discipline d’enseignement ».

Cf ici.

 Premier éditorial de l’EPI (décembre 1971) –Extrait –

Il reprend les conclusions du séminaire de Sèvres, notamment : « Entre l’enseignement d’une matière nouvelle, l’enseignement d’une méthode de pensée à l’intérieur des matières existantes et l’utilisation d’un moyen pédagogique nouveau, l‘avenir nous dira quelle est la voie la plus sûre. Mais peut-être s’agit-il de trois aspects complémentaires qui devraient coexister »

Cf ici
et là.

 L’expérience des 58 lycées

En 1970, se fondant sur les conclusions du séminaire de Sèvres, le Ministère de l’Éducation nationale lance l’expérience française d’introduction de l’informatique dans l’enseignement secondaire. L’opération est née de la prise de conscience d’un phénomène de société : « L’informatique est un phénomène qui est en train de bouleverser profondément les pays industrialisés et le monde moderne en général ». Elle est axée sur l’utilisation de « l’outil » informatique dans les disciplines. (on parlait d’Enseignement Assisté par Ordinateur – EAO).

Cf ici.

 Le système LSE

Cet article a pour objet de replacer le système LSE dans son contexte historique : expliquer sa genèse, montrer qu’il a permis au sein d’une communauté enseignante la réalisation de logiciels pédagogiques (on parlait de didacticiels) mais aussi l’enseignement de la programmation.

Cf ici

 Le mariage du siècle

Le 25 novembre 1980 s’est déroulé, au Centre Georges Pompidou à Paris, le colloque « Le mariage du siècle : Éducation et informatique » avec la présence effective de trois ministres. On notera l’annonce par Jacques Treffel de l’expérimentation d’un enseignement optionnel d’informatique dans un certain nombre de lycées pour la rentrée 81, On s’orientait vers une « complémentarité des approches » effective. Pour quelque temps …

Cf ici.

 Le concours de programmes AFCET-EPI

A 1’occasion de sa Troisième Conférence Mondiale sur « Informatique et Éducation » (WCCE) qui s’est tenue à Lausanne en juillet 1981, l’IFIP (Fédération Internationale pour le Traitement de l’1nformation) a demandé à chacun de ses trente-huit pays membres d’organiser un concours sur le thème « l’informatique à l’école », ouvert aux jeunes d’âge scolaire. En France, l’AFCET s’est chargée d’organiser ce concours et s’est naturellement tournée vers l’EPI et sa connaissance du terrain pour assurer la liaison entre le comité technique, les candidats et le jury.

Cf. dans 1024 n°18.

 L’option informatique des lycées dans les années 80 et 90

En trois parties. Une belle occasion manquée d’introduire un enseignement de l’informatique dans les lycées d’enseignement général. Une double faute du ministère de l’Éducation nationale qui nous fera prendre un retard non encore comblé !

Cf ici

Informatique et enseignement : colloque national en novembre 1983 à Paris
Colloque organisé par le ministère de l’Éducation nationale en collaboration avec l’association Enseignement public et informatique (EPI) Grâce à la présence effective du président de la République, ce colloque a eu une audience nationale et a montré la prise en compte au plus haut niveau de l’importance de l’informatique pour le système éducatif et pour le pays en général. Il a incontestablement été une étape importante dans le déploiement de l’informatique sous toutes ses formes dans l’enseignement.
https://www.societe-informatique-de-france.fr/wp-content/uploads/2020/11/1024_16_2020_113.html

Le plan Informatique pour tous (1985)
Le plan IPT a été un moment fort d’un processus entamé dès les années 70. Par l’équipement de tous les établissements publics d’enseignement, ce plan avait pour objectif d’initier tous les élèves et les étudiants à l’informatique. De plus, ces équipements devaient être accessibles à tous les citoyens. Ce plan a mis surtout l’accent sur l’utilisation des « outils » informatiques dans les différentes disciplines et activités (on ne parlait pas encore de numérique).

Cf ici.

 L’informatique dans les écoles et les collèges et lettre du ministre Jean-Pierre Chevènement (octobre 1985) Un épisode oublié.

Où le ministre rappelle la complémentarité « informatique objet » vs « informatique outil » : « Aussi l’informatique dans l’enseignement peut-elle être envisagée selon une double perspective : comme matière d’enseignement et comme moyen pédagogique utilisé dans l’enseignement »

Cf ici.

 Association francophone pour la didactique de l’informatique (AFDI 1988-1996)

En 1987 est née l’idée d’un colloque sur la didactique de l’informatique car on s’est vite rendu compte que l’apprentissage précoce de la programmation n’est pas évident. Le premier colloque eut lieu à Paris en 1988. Il fut suivi de la création de l’AFDI et de quatre autres colloques francophones : Namur, Sion, Québec et Monastir. L’AFDI n’a pas été dissoute à ce jour.

Cf ici.

 Historique du groupe ITIC (depuis 2012 : groupe ITIC–EPI-SIF)

Jean-Pierre Archambault, Jacques Baudé

Sur quatre décennies, ce groupe, dont l’origine remonte au début de la décennie 80, a acquis au fil des années un poids scientifique et une audience qui lui ont permis de peser – avec d’autres organisations et personnalités – sur les décisions des pouvoirs publics en faveur de l’introduction d’un enseignement de l’informatique et du numérique dans la culture générale.

Cf ici.

 Naissance d’une discipline. Une gestation d’un demi siècle pas encore achevée

Malgré des avancées significatives (ISN, SNT, NSI) – après un demi siècle d’atermoiements – l’enseignement de la science et technologie informatique peine à trouver sa place dans l’enseignement général. Pendant que l’utilisation du numérique dans les disciplines peine à se développer. Il faudrait parler ici de la formation initiale et continue des enseignants à l’informatique jamais correctement traitée. Une deuxième faute dont nous payons le prix.

Cf ici.

Jacques Baudé – novembre 2021

Président d’honneur de l’EPI (Enseignement public et Informatique)

Membre d’honneur de la SIF

jacquesbaude@free .fr