| |
Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Poster un nouveau message
En réponse à :
Quelques arguments contre la brevetabilité du logiciel
par Laurent Bloch
le dimanche 7 août 2005

« Agir pour faire en sorte que tout ce qui est bien devienne bien commun et que tout soit libre pour ceux qui sont libres » (extrait de l’aphorisme 87 du Voyageur et son ombre, Friedrich Nietzsche).
Voici : Le brevet est destiné à protéger une idée de réalisation technique. La réalisation technique d’un dispositif matériel coûte beaucoup plus cher que le dessin qui le décrit, et qui permet de le breveter, c’est pourquoi il est raisonnable de protéger par un brevet les plans et les descriptions d’un tel (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Derniers commentaires

Que penser du langage C ?
L’obscurité peut être un moyen de défense de techniciens soucieux de se mettre à l’abri des (...)

L’informatique, tentative d’explication
Allez, encore un petit effort ! un gros vous concernant je crois ... la question est (...)

L’informatique, tentative d’explication
Après réflexion : même ce bon vieux Pascal, avec ses types ensembles, permet de définir des types (...)

L’informatique, tentative d’explication
Et pour ce qui est des flux de données peu typés : certes, et Python est là pour ça, mais quand on (...)

L’informatique, tentative d’explication
Oui, c’est bien pour cela que Python n’est pas un très bon langage général, et qu’il ne faut (...)