Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Poster un nouveau message
En réponse à :
Travail ou imitation de travail ?
par Laurent Bloch
le lundi 10 avril 2006

Ce texte est extrait de mon livre Systèmes d’information, obstacles et succès, paru en mars 2005 aux Éditions Vuibert. Page d’accueil de ce livre
L’étude des pratiques néo-malthusiennes, telles que les organisations de production « juste à temps » et « zéro stock », la réduction des coûts par n’importe quel moyen et l’externalisation à tout crin, montre que, bien souvent, sous prétexte d’efficacité et de rentabilité, elles organisent le gaspillage et le désinvestissement. Cette réflexion nous mène à Alexandre (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Derniers commentaires

A-t-on encore le droit de réparer son téléphone ?
Autant que je sache, on peut encore remplacer une ampoule de feu arrière morte sur la plupart (...)

A-t-on encore le droit de réparer son téléphone ?
Elisabeth, ne serait-il pas préférable que le business modèle fondé sur la soumission des (...)

A-t-on encore le droit de réparer son téléphone ?
Inévitable cher Laurent ! Les US ne sont pas plus coupables que UE, au contraire, c’est même (...)

L’Internet, tentative d’explication
J’ai apprécié votre article très riche sur Internet et j’apprécie tout particulièrement les (...)

Sabotage furtif de microprocesseurs
L’utilisation du terme "sabotage" est-elle pertinente ? En effet, si la présence d’un "insider" (...)