Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Que penser du langage C ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Que penser du langage C ?
Nat Makarevitch - le 26 août 2022

L’obscurité peut être un moyen de défense de techniciens soucieux de se mettre à l’abri des critiques... et de se ménager un pré carré.

Qualifier d’« effet de bord » un effet délibérément obtenu (c’était il me semble rare voici 30 ans, et beaucoup plus usité aujourd’hui) m’a toujours semblé étrange car le sens de ce terme, il me semble, implique que l’effet ne procède pas de la volonté de l’acteur.

« mettez de commentaires et vous verrez, ça va marcher » relève du « rubber duck debugging ».

Selon moi « ce qui ne pose sans doute que peu de problèmes à ceux qui en usent quotidiennement » résume bien le fond de cette affaire. Beaucoup d’outils pourraient être rendus moins dangereux au prix d’une réduction de la productivité ou du rendement. Dans le cas de C l’embarras est que ce n’est plus le cas : des outils considérablement moins dangereux et des exécutables au pis quasiment aussi performants existent (ce n’était pas le cas dans les années 1970). De plus ses coûts induits (bugs causés par ses conventions, donc création de faille, résultat fautif, arrêt d’exploitation...), à présent indéniables, n’apparaissaient pas clairement (au mieux à tous) voici 50 ans.

En ce qui concerne les mots-clés substituts de symboles courants il me semble que l’explication tient au matériel employé à l’époque : nombre de types de terminaux de vieux mainframes voire de premiers minis, et plus souvent encore leurs consoles, n’offraient que des claviers de type ’teletype’, souvent dépourvus de nombreux symboles courants (dans certains cas ’+’ et ’-’ compris).

Derniers commentaires

A-t-on encore le droit de réparer son téléphone ?
Autant que je sache, on peut encore remplacer une ampoule de feu arrière morte sur la plupart (...)

A-t-on encore le droit de réparer son téléphone ?
Elisabeth, ne serait-il pas préférable que le business modèle fondé sur la soumission des (...)

A-t-on encore le droit de réparer son téléphone ?
Inévitable cher Laurent ! Les US ne sont pas plus coupables que UE, au contraire, c’est même (...)

L’Internet, tentative d’explication
J’ai apprécié votre article très riche sur Internet et j’apprécie tout particulièrement les (...)

Sabotage furtif de microprocesseurs
L’utilisation du terme "sabotage" est-elle pertinente ? En effet, si la présence d’un "insider" (...)